Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Récits et témoignages

Je relaie une initiative de Jo’Z, qui aide les réfugiés à Dunkerque (Grande-Synthe)

Je relaie ici le texte de Joëlle Philibert (qui porte le même prénom que moi) Le 23 et 24 janvier, j’étais à Grande-Synthe pour apporter des habits chauds dans le camp de réfugiés. J’ai profité pour voir les besoins de ces personnes qui survivent dans des conditions inhumaines! Grande-Synthe ce n’est pas en Afrique, Grande-Synthe

Pas de preuve ? C’est donc inexistant !

Certains trouvent, parfois, que mes billets ne reflètent pas assez les beautés du « régime de Droit » dans lequel nous vivons, sur la base de « Liberté Egalité Fraternité ». C’est probablement dû en large part à ce révolutionnaire qui s’appelait Jean de LA FONTAINE, qui a instillé de mauvaises pensées dans mon esprit,

De l’indiscipline … à la discipline et vice-versa

Il y a cent dix ans, à Algeciras, commençait la conférence qui allait mettre un terme à la concurrence entre la France et l’Allemagne en Afrique et confier à la France le rôle de « protecteur » du Maroc. Cette date du 16 janvier 1906 me rappelle la vie de mon grand-père, Auguste BOURGЀS, puisque,

Culture

Photo du profil de Larbi benBelkacem
Photo du profil de Larbi benBelkacem

Les derniers articles par Larbi benBelkacem (tout voir)

En vrac. Pas d’ironie svp, je débute. Un préambule un peu long pour expliquer notre démarche. Nous sommes une compagnie d’écriture et de danse contemporaine, nous produisons des spectacles et animons des ateliers de médiation culturelle en direction de publics divers. Dans ces ateliers, nous intervenons sur les mots et les émotions : ressentis, pensés,

« Lucioles » : n° 1 d’une revue pour habiter plus librement et fraternellement les espaces institutionnels et culturels communs

« Lucioles » est une revue gratuite, destiné à rendre plus habitables et plus fraternels, pour celles et ceux qui y vivent au quotidien, les universités et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur. Elle était en gestation depuis des années, mais les contractions se sont accélérées juste après les attentats de janvier, après le

Le métier de chercheur. Travailler sur l’environnement du point de vue des sciences sociales

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

De nombreuses idées fausses circulent à propos des métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur. Aux stéréotypes de la « tour d’ivoire », du « jargon », et aux critiques souvent radicales de l’institution universitaire, se mêle parfois un inquiétant anti-intellectualisme. Par ailleurs, la pratique des chercheurs et des universitaires est trop souvent pensée à travers le cadre

Le métier de chercheur. L’enseignement et les séminaires

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

De nombreuses idées fausses circulent à propos des métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur. Aux stéréotypes de la « tour d’ivoire », du « jargon », et aux critiques souvent radicales de l’institution universitaire, se mêle parfois un inquiétant anti-intellectualisme. Par ailleurs, la pratique des chercheurs et des universitaires est trop souvent pensée à travers le cadre

Le métier de chercheur : la carrière et les salaires

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

De nombreuses idées fausses circulent à propos des métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur. Aux stéréotypes de la « tour d’ivoire », du « jargon », et aux critiques souvent radicales de l’institution universitaire, se mêle parfois un inquiétant anti-intellectualisme. Par ailleurs, la pratique des chercheurs et des universitaires est trop souvent pensée à travers le cadre

Que la bête meure : mettre fin aux souffrances de l’université

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

Je reposte ici un texte, disons un billet de (mauvaise) humeur que j’avais écrit pour mon blog perso en 2013. Peut-être y trouvera-t-il un écho ? En tout cas, ma mauvaise humeur n’a fait que s’accentuer depuis. Ils sont venus, les bons docteurs, euthanasier la bête. S’asseoir sur les ruines fumantes des institutions du savoir :

EDUCACIÓN Y PERIODISMO EN EL PERÚ

Photo du profil de Joan Guimaray
Photo du profil de Joan Guimaray

Les derniers articles par Joan Guimaray (tout voir)

« LA FUERZA TRANSFORMADORA DE LA EDUCACIÓN DUERME EN LA OLVIDADA AGENDA DE LOS QUE NUNCA FUERON EDUCADOS, Y EL PERIODISMO CARENTE DE NOBLES IDEALES, NAVEGA EN EL MAR DE ROJOS PLACERES, PARDAS FRIVOLIDADES Y NEGROS INTERESES, SIN ADVERTIR QUE SIN TAN SÓLO ÉL (PERIODISMO) NO MINTIERA NI ENCUBRIERA NADA NI A NADIE, ESTE PAÍS SERÍA

Articles plus anciens››