Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Flux RSS

Récits et témoignages

Tuna Altınel, mathématicien à Lyon 1 et otage de l’État turc

Administrateur

Administrateur chez Indiscipline.fr
Administrateur d'Indiscipline.fr, l'Admin a un rôle avant tout technique. Il dispose également d'un blog où sont postés des textes qui nous sont parvenus, ou que nous reprenons, et qui sont écrits par des personnes ou des groupes qui ne disposent pas d'un blog sur Indiscipline. Enfin, c'est lui qui est la voix de l'équipe des modérateurs du site dans leurs relations avec les auteurs.
Administrateur

Les derniers articles par Administrateur (tout voir)

À l’attention de l’opinion publique Qui suis-je ? Tuna Altı­nel, maître de confé­rences habi­li­té en mathé­ma­tiques à l’Université Lyon 1, fonc­tion­naire d’État depuis octobre 1996, (co)-auteur d’une ving­taine d’articles et d’une mono­gra­phie de recherche, ensei­gnant d’une mul­ti­tude d’étudiants de tous les niveaux de l’enseignement supé­rieur mais aus­si un otage de l’État turc. Le 21 février

PARODIE DE JUSTICE POUR LES UNIVERSITAIRES À ISTANBUL

Administrateur

Administrateur chez Indiscipline.fr
Administrateur d'Indiscipline.fr, l'Admin a un rôle avant tout technique. Il dispose également d'un blog où sont postés des textes qui nous sont parvenus, ou que nous reprenons, et qui sont écrits par des personnes ou des groupes qui ne disposent pas d'un blog sur Indiscipline. Enfin, c'est lui qui est la voix de l'équipe des modérateurs du site dans leurs relations avec les auteurs.
Administrateur

Les derniers articles par Administrateur (tout voir)

Nous relayons ici ce texte d’un socio­logue qui est allé à Istam­bul suivre les pro­cès inten­tés aux uni­ver­si­taires par le régime d’Er­do­gan : J’étais ce jeu­di 7 décembre au palais de jus­tice d’Istanbul, à la chambre 33, une cours cri­mi­nelle spé­cia­li­sée de fait, comme plu­sieurs autres qui siègent aus­si ce jour-là, la 32, la 34,

Je relaie une initiative de Jo’Z, qui aide les réfugiés à Dunkerque (Grande-Synthe)

Je relaie ici le texte de Joëlle Phi­li­bert (qui porte le même pré­nom que moi) Le 23 et 24 jan­vier, j’é­tais à Grande-Synthe pour appor­ter des habits chauds dans le camp de réfu­giés. J’ai pro­fi­té pour voir les besoins de ces per­sonnes qui sur­vivent dans des condi­tions inhu­maines! Grande-Synthe ce n’est pas en Afrique, Grande-Synthe

Pas de preuve ? C’est donc inexistant !

Cer­tains trouvent, par­fois, que mes billets ne reflètent pas assez les beau­tés du « régime de Droit » dans lequel nous vivons, sur la base de « Liber­té Ega­li­té Fra­ter­ni­té ». C’est pro­ba­ble­ment dû en large part à ce révo­lu­tion­naire qui s’appelait Jean de LA FONTAINE, qui a ins­til­lé de mau­vaises pen­sées dans mon esprit,

De l’indiscipline … à la discipline et vice-versa

Il y a cent dix ans, à Alge­ci­ras, com­men­çait la confé­rence qui allait mettre un terme à la concur­rence entre la France et l’Allemagne en Afrique et confier à la France le rôle de « pro­tec­teur » du Maroc. Cette date du 16 jan­vier 1906 me rap­pelle la vie de mon grand-père, Auguste BOURGЀS, puisque,

Culture

Les derniers articles par Larbi benBelkacem (tout voir)

En vrac. Pas d’i­ro­nie svp, je débute. Un pré­am­bule un peu long pour expli­quer notre démarche. Nous sommes une com­pa­gnie d’é­cri­ture et de danse contem­po­raine, nous pro­dui­sons des spec­tacles et ani­mons des ate­liers de média­tion cultu­relle en direc­tion de publics divers. Dans ces ate­liers, nous inter­ve­nons sur les mots et les émo­tions : res­sen­tis, pen­sés,

Lucioles” : n° 1 d’une revue pour habiter plus librement et fraternellement les espaces institutionnels et culturels communs

« Lucioles » est une revue gra­tuite, des­ti­né à rendre plus habi­tables et plus fra­ter­nels, pour celles et ceux qui y vivent au quo­ti­dien, les uni­ver­si­tés et les éta­blis­se­ments de recherche et d’enseignement supé­rieur. Elle était en ges­ta­tion depuis des années, mais les contrac­tions se sont accé­lé­rées juste après les atten­tats de jan­vier, après le

Le métier de chercheur. Travailler sur l’environnement du point de vue des sciences sociales

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

De nom­breuses idées fausses cir­culent à pro­pos des métiers de la recherche et de l’en­sei­gne­ment supé­rieur. Aux sté­réo­types de la “tour d’i­voire”, du “jar­gon”, et aux cri­tiques sou­vent radi­cales de l’ins­ti­tu­tion uni­ver­si­taire, se mêle par­fois un inquié­tant anti-intel­­lec­­tua­­lisme. Par ailleurs, la pra­tique des cher­cheurs et des uni­ver­si­taires est trop sou­vent pen­sée à tra­vers le cadre

Le métier de chercheur. L’enseignement et les séminaires

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

De nom­breuses idées fausses cir­culent à pro­pos des métiers de la recherche et de l’en­sei­gne­ment supé­rieur. Aux sté­réo­types de la “tour d’i­voire”, du “jar­gon”, et aux cri­tiques sou­vent radi­cales de l’ins­ti­tu­tion uni­ver­si­taire, se mêle par­fois un inquié­tant anti-intel­­lec­­tua­­lisme. Par ailleurs, la pra­tique des cher­cheurs et des uni­ver­si­taires est trop sou­vent pen­sée à tra­vers le cadre

Le métier de chercheur : la carrière et les salaires

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

De nom­breuses idées fausses cir­culent à pro­pos des métiers de la recherche et de l’en­sei­gne­ment supé­rieur. Aux sté­réo­types de la “tour d’i­voire”, du “jar­gon”, et aux cri­tiques sou­vent radi­cales de l’ins­ti­tu­tion uni­ver­si­taire, se mêle par­fois un inquié­tant anti-intel­­lec­­tua­­lisme. Par ailleurs, la pra­tique des cher­cheurs et des uni­ver­si­taires est trop sou­vent pen­sée à tra­vers le cadre

Articles plus anciens››