Menu
Catégorie
Un projet de société inacceptable. L’Université et la recherche françaises en colère
18 mars 2013 Initiatives
Share
Print Friendly, PDF & Email

porte-voixVoi­ci un appel de Sau­vons l’U­ni­ver­si­té :

Après la pre­mière AG de Paris 7 du 18 février à l’appel d’une large inter­syn­di­cale, l’AG réunie le 2 mars avait appe­lé à une mobi­li­sa­tion le 21 mars. L’appel qui suit est ouvert à signa­tures.

 

UN PROJET DE SOCIÉTÉ INACCEPTABLE. L’UNIVERSITÉ ET LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANÇAISES EN COLÈRE !

 

MANIFESTATION JEUDI 21 MARS

Départ à 14h, place du Pan­théon
Le 20 mars, Gene­viève Fio­ra­so pré­sente son pro­jet de loi en Conseil des ministres. Ce que la droite a fait, ce gou­ver­ne­ment va l’aggraver ! Comme au Qué­bec, comme en Grande-Bre­tagne, comme au Chi­li, les uni­ver­si­tés fran­çaises sont mises inten­tion­nel­le­ment en faillite par une loi, ici la loi LRU, et le seront encore plus par la loi LRU 2 dite loi Fio­ra­so, ce qui entraî­ne­ra néces­sai­re­ment à terme une élé­va­tion consi­dé­rable des droits d’inscription.

Mani­fes­tons pour refu­ser la mar­chan­di­sa­tion de l’éducation, du savoir et de la recherche publique !
Nous dénon­çons

  • le gel des emplois de titu­laires et le plan social dégui­sé qui conduit au non renou­vel­le­ment mas­sif des CDD des per­son­nels pré­caires : à la place des 1000 emplois annuels que le Minis­tère de l’Enseignement supé­rieur et de la Recherche se vante d’avoir créés, on en est à 1500 postes gelés pour cette pré­sente année ;
  • la dégra­da­tion des condi­tions d’études, d’enseignement et de recherche et la dégra­da­tion de la vie quo­ti­dienne des étudiant.e.s et des per­son­nels ;
  • la déqua­li­fi­ca­tion mas­sive des étudiant.e.s engen­drée par ces réformes et la casse des diplômes ;
  • la poli­tique de régio­na­li­sa­tion et de subor­di­na­tion du ser­vice public d’enseignement et de recherche aux inté­rêts pri­vés.

Nous exi­geons

  • un plan plu­ri­an­nuel de créa­tions de 5 000 postes de titu­laires par an a mini­ma pen­dant 5 ans pour toutes les caté­go­ries de per­son­nels des uni­ver­si­tés et orga­nismes de recherche, seul capable de garan­tir la réus­site des étudiant.e.s et de résor­ber la pré­ca­ri­té ;
  • un véri­table cadrage natio­nal des diplômes ;
  • la remise en chan­tier de la réforme de la for­ma­tion des ensei­gnants ;
  • une loi de pro­gram­ma­tion qui devra abro­ger l’ensemble des dis­po­si­tifs mis en place par le Pacte pour la Recherche (notam­ment ANR, AERES, Alliances, Fon­da­tions de Coopé­ra­tion scien­ti­fique) et par la loi LRU (et notam­ment les RCE).

Car ces dis­po­si­tifs sont res­pon­sables de la pau­pé­ri­sa­tion des uni­ver­si­tés et des orga­nismes de recherche, de l’explosion de la pré­ca­ri­té, de la fra­gi­li­sa­tion des diplômes natio­naux, de la dété­rio­ra­tion conti­nue des condi­tions d’études, d’enseignement et de recherche.
Cette loi de pro­gram­ma­tion devra sup­pri­mer les cré­dits du Com­mis­sa­riat géné­ral aux inves­tis­se­ments et le Cré­dit Impôts Recherche au pro­fit d’un réen­ga­ge­ment finan­cier total de l’État au ser­vice de l’Enseignement supé­rieur et la Recherche.

RETRAIT DU PROJET DE LOI FIORASO !

Pre­miers signa­taires : Col­lec­tifs d’étudiant.e.s et pré­caires d’IdF ; Sau­vons la Recherche ; Sau­vons l’Université ! ; Soli­daires étu­diant-e‑s, syn­di­cats de lutte ; SUD Edu­ca­tion Paris ; SNESUP Paris 6 ; Asso­cia­tion Natio­nale des Can­di­dats aux Métiers de la Science Poli­tique (ANCMSP) ; Asso­cia­tion Fran­çaise de Socio­lo­gie (AFS) ;

Share



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté poster un commentaire.

*