Menu
Catégorie
Par la raison ou par la force
14 juillet 2016 Images
Share
Print Friendly, PDF & Email

junte_ParisOn pour­rait sug­gé­rer au gou­ver­ne­ment fran­çais de sup­pri­mer la devise “Liber­té, éga­li­té, fra­ter­ni­té”, qui n’a plus lieu d’être avec les idées réac­tion­naires et auto­ri­taires qui ont cours actuel­le­ment, et de la rem­pla­cer par la devise patrio­tique du Chi­li qui est : “Par la rai­son ou par la force”. Voire même de ne conser­ver que la notion de “force”, l’i­dée de “rai­son” ne cadrant plus vrai­ment avec la pen­sée socia­liste actuelle…

La pho­to située à gauche, simple pas­tiche — ne sommes-nous pas sup­po­sés être tous Char­lie ? -, est évi­dem­ment le détour­ne­ment d’une célèbre pho­to de la junte au pou­voir au Chi­li, le géné­ral Pino­chet occu­pant le siège aujourd’­hui dévo­lu à notre pré­sident, qui aime tant les chars d’as­saut et les avions de com­bat qu’il en a ven­du à des dic­ta­tures du monde arabe, les mêmes qui financent le dji­ha­disme au nom  duquel on nous assomme à grands coups d’é­tat d’ur­gence. Son aide de camp, adepte du calibre 49,3 et des gri­maces viriles et mar­tiales, est en embus­cade der­rière lui. Le fait que les chars ne soient pas dans la rue en France, pas plus qu’on n’y exé­cute les oppo­sants dans des stades, comme au Chi­li en 1973, ne doit pas nous faire oublier, ce jour du 14 juillet sup­po­sé fêter la prise de la Bas­tille, l’in­croyable régres­sion des liber­tés publiques et du débat démo­cra­tique que notre pays a subi depuis l’ac­ces­sion au pou­voir d’une équipe de petits bureau­crates gri­sâtres aus­si médiocres qu’im­bus d’eux mêmes. L’au­to­ri­ta­risme n’est pas la dic­ta­ture. C’est sim­ple­ment un pas de plus dans sa direc­tion. Un pas dan­ge­reux. Ce pou­voir est dan­ge­reux : il frappe, blesse volon­tai­re­ment sa jeu­nesse. Il a même tué : la mort de Rémi Fraisse, ne l’ou­blions pas, fut un point de rup­ture pour tous les démo­crates sin­cères. Ce pou­voir, bru­tal et sans ambi­tion, ne nous repré­sente pas, nous, Fran­çais atta­chés à l’hé­ri­tage de la Révo­lu­tion Fran­çaise et à ses valeurs : liber­té, éga­li­té, fra­ter­ni­té. En ce 14 juillet, mais aus­si demain, refu­sons de céder aux injonc­tions de ces bureau­crates gri­sâtres qui ne repré­sentent qu’eux-mêmes et les inté­rêts de l’o­li­gar­chie finan­cière.

Share



"1" Comment
  1. Eton­nante “devise du Chi­li”… où la vio­lence du pou­voir s’an­nonce expli­ci­te­ment… La devise ne cher­chant même pas à avoir l’air d’une énon­cia­tion de tous à tous, mais s’af­fi­chant clai­re­ment comme une menace du petit nombre au pou­voir adres­sée à toute oppo­si­tion.

    Fais sem­blant de croire mon bara­tin, ou au moins tiens toi à l’a­bri de mes matraques et gre­nades…

    Leur visage à l’in­té­rieur… Car ils sont bien plus dan­ge­reux en “opé­ra­tions exté­rieures”…

    L’é­quipe actuel­le­ment au pou­voir, avec son triple visage Hol­lande-Valls-Caze­neuve, qui ne sym­bo­lisent plus que les habi­le­tés pro­cé­du­rières et les bru­ta­li­tés anti­dé­mo­cra­tiques, peut peut-être y trou­ver une syn­thèse de sa stra­té­gie et de sa tac­tique poli­tique.

    On peut aus­si, peut-être rete­nir cela comme une syn­thèse de leur méthode d’exer­cice du pou­voir. Sous réserve d’en­tendre “rai­son” dans le sens second de “per­sua­sion” ou de “pro­pa­gande”… Les médias contem­po­rains disent “péda­go­gie”, pour l’art d’in­si­nuer la pen­sée des puis­sants dans la têtes des domi­nés…

    Ce gou­ver­ne­ment vient d’in­ter­dire les châ­ti­ments cor­po­rels à l’en­contre des enfants, par les parents… A quand l’ex­ten­sion de cette excel­lente mesure à l’en­semble de la popu­la­tion quand elle ren­contre, mal­heu­reu­se­ment, les déten­teurs de “l’au­to­ri­té” (alias la “vio­lence légi­time”).

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté poster un commentaire.

*