Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Environnement

Mafate (La Réunion) : l’art des sentiers

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

Entre 2011 et 2015, j’ai mené un tra­vail d’enquête eth­no­gra­phique dans le cirque de Mafate, à La Réunion. Ce tra­vail a débou­ché sur des publi­ca­tions scien­ti­fiques, mais aus­si sur un ensemble de pho­to­gra­phies. J’ai obser­vé le tra­vail d’aménagement et d’entretien des sen­tiers de ran­don­née par des agents de l’ONF (Office Natio­nal des Forêts) qui vivent

Le métier de chercheur. Travailler sur l’environnement du point de vue des sciences sociales

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou

De nom­breuses idées fausses cir­culent à pro­pos des métiers de la recherche et de l’enseignement supé­rieur. Aux sté­réo­types de la “tour d’ivoire”, du “jar­gon”, et aux cri­tiques sou­vent radi­cales de l’institution uni­ver­si­taire, se mêle par­fois un inquié­tant anti-intel­­lec­­tua­­lisme. Par ailleurs, la pra­tique des cher­cheurs et des uni­ver­si­taires est trop sou­vent pen­sée à tra­vers le cadre