Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Les trottoirs du quai Branly


Share

Janvier 2007. Je découvre pour la première fois le musée du Quai Branly. Je n’étais guère pressée de m’y précipiter, mais je dois assister à une manifestation qui s’y déroule, un séminaire de recherche organisé par une équipe de recherche de l’EHESS, séminaire quasi clandestin sans avoir cherché à l’être, non signalé, non fléché. L’institution génère ses interstices, ses panneaux sauvages. Pour le moment je longe le bâtiment, les jardins, le mur rouge, les plantes. Il y a du charme dans cette grande façade noyée dans la végétation, même si tout chuchote pesamment le discours du Grand Architecte, les métaphores trop évidentes, la n-ième déclinaison d’une avant-garde académique supposée questionner des formes convenues. Nous traversons une allée au milieu du jardin parisien, pour sortir déjeuner. En franchissant la porte d’accès à la rue, nous découvrons sur le trottoir que nous longeons à pied une ribambelle d’enfants assis par terre sur le bord de l’enceinte. Ils ouvrent leurs sacs à dos colorés et déballent les sandwichs, les canettes, les pommes, ils les posent sur les plastiques à terre ou sur le rebord, les maîtresses regardent anxieusement les installations, redoutent pour l’hygiène, le confort. Ils sont très jeunes, 4 ou 5 ans, à la fois calmes et animés, minuscules et nombreux, rangés à l’ombre du bâtiment du Grand Architecte. Pour le moment ils n’en veulent à personne parce que les puissances et les adultes ont prévu les choses telles qu’elles sont. Il n’y a pas de place pour eux dans le musée, il n’y a pas de place pour eux dans les jardins. Ils déjeunent sur le trottoir hors de l’enceinte du musée, un de ces musées du XXIème siècle trop occupés à regarder vers l’avenir pour apercevoir son tout jeune public refoulé à la rue. D’ailleurs qui pourrait le voir ? Le musée du Quai Branly et les musées du XXIème siècle sont fiers de sous-traiter la totalité de l’accueil et de la médiation à des sociétés extérieures. Les enfants déploient bien mieux que ne pourrait jamais le faire aucune exposition sur les cultures du monde le spectacle poignant de la diversité humaine : tresses serrées et cheveux blonds, grands yeux noirs, peaux sombres et tâches de rousseur, marques et imprimés contemplés un jour, ignorés depuis. Ils font à la fois plaisir et mal à voir. Ils sont venus aujourd’hui avec leur maîtresse visiter le musée des cultures du Monde, ils ont traversé un jardin, ils ont regardé, écouté, ils sont à face aux voitures et aux pots d’échappement, serrés comme des hirondelles, tâchant de ne pas mettre le pain sur le trottoir. Mon voisin conservateur, venu à Paris découvrir le musée du quai Branly, empoigné par la vision, saisit son appareil photo et photographie le scandale. C’est l’image qu’il gardera du musée du Quai Branly à Paris.




  • Mots clés : ,

    Laisser un commentaire