Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Et c’est parti … haro sur les « S » !


Share
Print Friendly, PDF & Email

N’ayant pas peur de cho­quer ceux qui pré­fèrent réagir que réflé­chir, c’est un an après l’attentat contre Char­lie que j’écris ce billet.

Tous ceux qui tiennent le cra­choir média­tique, qu’ils soient d’extrême-droite, de droite-extrême, de droite ou de gauche-droite comme on le scande durant les défi­lés … sur­en­ché­rissent devant tous les micros qui se tendent vers eux. Déchoir de leur natio­na­li­té les bina­tio­naux cou­pables de ter­ro­risme ? Pas mal, mais on peut faire mieux dit l’un … en l’étendant à d’autres crimes que le ter­ro­risme. Pour­quoi réser­ver ça aux seuls bina­tio­naux répond une autre … qui l’appliquerait bien à tous les Fran­çais, sans se rendre compte que ça crée­rait des apa­trides contrai­re­ment aux textes inter­na­tio­naux qui nous lient.

Ce bavar­dage média­tique aurait de quoi nous faire rire, si nous n’assistions pas à la perte de deux qua­li­tés que l’on asso­ciait jusqu’à pré­sent au fait d’être Fran­çais : un esprit ration­nel (Nous ne sommes pas pour rien le pays de René DESCARTES) et le sens du ridi­cule.
Pour ce qui est du car­té­sia­nisme, on n’a rare­ment vu plus oppo­sé à son res­pect que remuer ain­si le pays à pro­pos d’une mesure sans l’ombre d’un effet sur ceux qu’elle veut mettre hors d’état de nuire. Pour ce qui est du sens du ridi­cule, c’est plus sub­til … et per­vers. On prend un peuple, qui se croit le plus intel­li­gent sur terre, pour un trou­peau de demeu­rés pre­nant des ves­sies pour des lan­ternes et ne se ren­dant pas compte que le monde entier rit de notre naï­ve­té … sauf Donald TRUMP !

Avec ce plon­geon dans l’obscurité poli­tique et média­tique, il y a, heu­reu­se­ment, de petits rais de lumière qui, une fois de plus, nous viennent de la magis­tra­ture.

A Nice un homme tenant un res­tau­rant-halal fut fiché « S », au motif que, Musul­man convain­cu et ne s’en cachant pas, il était soup­çon­né de sala­fisme … sans qu’aucun acte pré­cis lui ait été repro­ché. Son res­tau­rant fut cepen­dant fer­mé par déci­sion admi­nis­tra­tive et il fut assi­gné à rési­dence … autre­ment dit pri­vé de la pos­si­bi­li­té de gagner sa vie.
Ayant atta­qué cette déci­sion devant le Tri­bu­nal Admi­nis­tra­tif, celui-ci a mani­fes­té ses doutes quant au bien-fon­dé de la déci­sion admi­nis­tra­tive ne repo­sant sur aucun élé­ment prou­vant sa dan­ge­ro­si­té et com­por­tant d’étranges erreurs comme dire que le res­tau­ra­teur est Tuni­sien alors qu’il est Fran­çais ou « qu’il a des sym­pa­thies pour le Hez­bol­lah » alors que cha­cun sait que le Hez­bol­lah, Chiite, est l’ennemi des Sun­nites sala­fistes.

En lan­çant cette absurde idée de « fichage S » de pré­ten­dus sus­pects et de déchéance de natio­na­li­té des bina­tio­naux ter­ro­ristes, l’Etat a ouvert la boite de Pan­dore et ini­tié une « chasse aux sus­pects » qui stig­ma­tise plu­sieurs mil­lions de Fran­çais et faci­li­te­ra encore plus les crimes des vrais ter­ro­ristes qui s’adapteront à la nou­velle donne en se rasant la barbe, en man­geant du porc et en fré­quen­tant les églises au lieu des mos­quées … car l’accueil de soixante-dix vierges mérite bien quelques sacri­fices, sur­tout s’ils sont com­mis sur ordre du Calife Abou Bakr AL-BAGHDADI.

Jean-Paul BOURGЀS 7 jan­vier 2016




  • 2 réponses “Et c’est parti … haro sur les « S » !”

    1. Al Ceste
      7 janvier 2016 à 9 h 55 min

      A Nice un homme tenant un res­tau­rant-halal fut fiché « S », au motif que, Musul­man convain­cu et ne s’en cachant pas, il était soup­çon­né de sala­fisme … sans qu’aucun acte pré­cis lui ait été repro­ché. Son res­tau­rant fut cepen­dant fer­mé par déci­sion admi­nis­tra­tive et il fut assi­gné à rési­dence … autre­ment dit pri­vé de la pos­si­bi­li­té de gagner sa vie.

      Le TA est-il allé jusqu’à ordon­ner à l’Etat de l’indemniser pour la perte de reve­nus ?

      • 7 janvier 2016 à 11 h 13 min

        Point encore. Pour l’instant le TA s’est conten­té de deman­der à l’administration de jus­ti­fier autre­ment l’assignation à rési­dence … ce qui est une façon de lui dire qu’en l’état actuel cette mesure est injus­ti­fiée. Annu­ler l’assignation à rési­dence  devrait être l’étape d’après … quant à indem­ni­ser cela me semble très dou­teux.

    Laisser un commentaire