Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Archives pourFév 2011

Tunisie, Egypte … espoir démocratique pour le monde arabe

Voi­ci une cap­ta­tion vidéo de confé­rences de Che­rif Fer­ja­ni (Pro­fes­seur de civi­li­sa­tion arabe à Lyon 2) et Clé­ment Steuer (Doc­teur en science poli­tique, spé­cia­liste de l’Egypte) sur les révo­lu­tions en Tuni­sie et en Égypte. Cela remet en place de nom­breuses idées fausses ou de sens com­mun sur les révo­lu­tions en cours, et en par­ti­cu­lier sur

Ce soir, 7 février : espérance, confiance, courage

Nous sui­vons sur l’écran d’ordinateur, la retrans­mis­sion en direct de la ren­contre orga­ni­sée par Média­part au Théâtre de la Col­line ce 7 février 2011 (http://www.mediapart.fr/journal/international/070211/de-tunis-au-caire-jusqua-paris-en-direct-du-theatre-de-la-colline) Nous aurions aimé être là-bas mais il n’y avait plus de places dis­po­nibles depuis plu­sieurs semaines. Sur le pla­teau Ste­phane Hes­sel, Edgar Morin et Claude Alphan­dé­ry. Mon­cef Mar­zou­ki et Radhia

Egypte : Le Monde relaie, sans les vérifier, les erreurs du Quai d’Orsay à propos d’un prétendu “devoir de réserve” des chercheurs

Dans un article du 05.02.11 inti­tu­lé “Les cher­cheurs fran­çais som­més d’être dis­crets”, la rédac­tion du Monde relaie les pro­pos de Ber­nard Valé­ro, porte-parole du Quai d’Orsay. On y lit que les cher­cheurs fonc­tion­naires seraient “astreints à une obli­ga­tion de réserve” : Le Quai d’Orsay a deman­dé aux spé­cia­listes fran­çais de l’Egypte pré­sents sur place de

Egypte: Bain de sang. Appel pour annoncer ce soir le gel des comptes bancaires de ce régime.

http://crisdegypte.blogs.liberation.fr/cairote/2011/02/egyp.html Le Caire, 3 février 2011. L’escalade de la bar­ba­rie dépasse l’entendement et atteint des degrés innom­mables. Des jour­na­listes sont bat­tus, des avo­cats, des acti­vistes et des mani­fes­tants sont arrê­tés et tués. Les hommes de main de Mou­ba­rak tiennent tous les accès à la place Tah­rir ain­si que les ponts de la ville. Ils ter­ro­risent,