Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Sur la « radicalisation » des luttes universitaires


Share

La quasi-totalité des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche et leurs représentants (syndicats, coordinations, groupes informels), et ce de manière assez inédite depuis 1968, luttent actuellement ensemble contre des réformes catastrophiques et régressives. Face à ce front uni, ce qui caractérise la réponse gouvernementale face à ces remises en cause des « réformes » de l’université et de la recherche, c’est son autisme : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire à part des inepties ou des mensonges, et surtout  – mais ça, on le savait déjà –  ne rien penser. Dans ce contexte tendu de blocage du débat public, il est évident que la question de la radicalisation des formes d’action va se poser. Elle se pose d’ailleurs déjà, comme en témoigne le retour des occupations de bâtiments universitaires, encore assez sporadiques pour le moment, mais qui pourraient se multiplier si cet autisme perdure.

On risque alors de voir réapparaître de vieilles querelles au sein du front uni contre les réformes : quid de l’utilité et de la légitimité des blocages de bâtiments ?  Partisans et opposants au blocage pourraient, comme lors de la lutte contre la LRU ou le CPE, se renvoyer à leurs conceptions opposées de la légitimité des actions. Quel est donc le sens de ce qu’on appelle « radicalisation » dans ce contexte ?

Ce qu’il serait important de comprendre d’un point de vue tactique, c’est que la « radicalité » ne se résume pas à l’utilisation de la force pour bloquer physiquement un bâtiment universitaire ou de recherche. Il y a une radicalité de l’imagination, de l’inventivité, qui ne passe pas forcément par la violence. La théâtralisation des luttes (flash mobs, freeze in, etc.) ou la recherche de dispositifs alternatifs pour faire son travail (cours hors les murs, recherches hors financement et hors institution, dépôt systématique des résultats d’une recherche sous licence science commons au lieu d’une prise de brevet, etc.), ou encore la désobéissance civile (refus de remontée des maquettes de masters, grèves administratives, grève des signatures d’articles) sont des modes d’action au moins aussi radicaux que le blocage physique d’un bâtiment.

En effet, vous pouvez bloquer un bâtiment universitaire durant des semaines, ça n’empêchera pas les flux d’information ou les flux financiers, ainsi que les principales décisions stratégiques, d’en partir ou d’y parvenir. Car tout cela passe par internet aujourd’hui et le travail à domicile est une réalité déjà ancienne dans les modes de fonctionnement de l’université et de la recherche. En revanche, si vous refusez de répondre aux mails de votre administration, vous la bloquez aussi surement (et peut-être plus) qu’en bloquant physiquement sa porte d’entrée. Si vous refusez de faire apparaître le nom de votre établissement quand vous signez un papier scientifique, comme je le suggérais début 2008 dans un article paru dans la revue Alliage, vous lui faites perdre un point qu’il pourrait utiliser dans les processus d’évaluation de la recherche que nous contestons.

A partir du XIXème siècle, les ouvriers luttant pour l’amélioration de leurs salaires ou de leurs conditions de vie, ont pratiqué le blocage de la « production », fournissant un modèle romantique et héroïque à toute une série de formes de lutte contemporaines. Mais une université n’est pas une usine : on y échange des idées, mais on n’y produit pas des objets. N’imaginer comme forme d’action  « radicale » que le blocage des universités, c’est se condamner, au nom d’une hypothèse hasardeuse sur l’efficacité médiatique de telles actions, à ne plus concevoir le travail de l’enseignement supérieur et de la recherche que comme, justement, un « travail ». C’est donc se priver d’une critique et d’une revendication de notre fonction sociale d’enseignants et de chercheurs au nom de valeurs, valeurs qui ont pourtant conduit historiquement à la fondation de nos pratiques : valeurs démocratiques, valeurs humanistes, valeur du savoir, valeur de la critique et de l’échange rationnel, valeur de la réflexivité de la société sur elle-même, etc.

Je ne dis pas que le blocage serait illégitime ou totalement inefficace : je crois simplement qu’on ne saurait dire que les seules actions « radicales » consisteraient à bloquer des bâtiments, et que ça serait la seule manière d’intervenir et de peser dans le débat public autour des réformes en cours. Il faut imaginer, développer, et diffuser largement des formes d’action qui bloquent vraiment le système que nous critiquons (système de la science en voie de privatisation, système bureaucratique, pratiques autocratiques, etc.) au lieu de se tirer des balles dans le pied avec des actions souvent inefficaces et impopulaires, et qui, de plus, n’apportent rien de nouveau ni de créatif. Or, s’il y a quelque chose à sauvegarder, c’est tout de même ça : notre capacité à mettre en cohérence nos actions avec nos analyses et nos valeurs. Sinon, on ferait la révolution pour que rien ne change. Penser d’autres formes d’investissement dans l’action politique, et ne pas surévaluer la radicalité de l’action physique, c’est aussi rester ouverts à une certaine « écologie » des idées et des revendications en laissant à ceux que l’action physique rebute ou ne convainc pas de son efficacité, la possibilité de légitimer d’autres actions appuyées sur d’autres analyses de la situation.

Et surtout, nous n’avons pas à naturaliser l’idéologie libérale et conservatrice du « travail », de « l’efficacité », et du « rendement » dans nos propres contestations du travail, de l’efficacité et du rendement !

J’avais suggéré, toujours dans l’article de la revue Alliage, quelques pistes d’actions revendicatives : il y en existe évidemment bien d’autres, mais toutes n’auront d’efficacité que si elles sont pratiquées à grande échelle, et légitimées et soutenues publiquement par les coordinations, au même titre que les motions et autres mots d’ordre de grève et appels à manifestation.

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou



  • Mots clés : , ,

    4 réponses “Sur la « radicalisation » des luttes universitaires”

    1. 20 février 2009 à 14 h 38 min

      Les personnels et usagers de l’IUFM Centre-Val-de-Loire dénoncent la situation désastreuse et chaotique provoquée par l’actuelle « réforme » des concours et de la formation des enseignants. Ils demandent :

      1) le retrait du projet actuel qui se résume à des annonces médiatiques, désorganise le mode de recrutement et la formation des enseignants, et se traduit par une régression sociale, professionnelle et territoriale pour toutes les personnes concernées : les étudiants, les enseignants, les personnels non-enseignants, mais aussi et surtout les élèves.

      2) le maintien de l’année de formation en alternance rémunérée après le concours, laquelle permet à la fois une entrée progressive dans le métier encadrée par des professionnels et l’existence d’une formation continue des enseignants titulaires en liaison avec l’Université.

      3) l’ouverture de négociations pour une autre réforme de la formation et du recrutement qui respecte la vocation des IUFM à être au cœur de cette formation, qui permette la reconnaissance du haut niveau de qualification et qui tienne compte d’une nécessaire formation professionnelle en prise avec les réalités du terrain départemental et régional.

      En conséquence, les usagers et personnels de l’IUFM Centre-Val-de-Loire demandent la non-remontée des maquettes de master, jusqu’à l’obtention d’une réponse gouvernementale à leurs préoccupations qui sont celles de professionnels, mais aussi de citoyens et de parents.

      Il vous suffit de cliquer sur notre nom (IUFMCVL), pour accéder automatiquement à la pétition « en ligne ». Merci d’avance pour votre soutien.

    2. Tataria
      9 avril 2009 à 16 h 21 min

      J’espère que depuis la publication de cet article, son auteur s’est rendu compte qu’il y avait des étudiants dans le mouvement.
      On ne peut se dire victime du mépris d’un gouvernement et, en même temps, mépriser ses alliés dans la lutte.

      • Igor Babou 9 avril 2009 à 16 h 51 min

        Son auteur (moi, Igor Babou) a toujours su qu’il y avait des étudiants dans la lutte : je les fréquente car ils font aussi partie de « mes » étudiants (ceux que je croise dans mes cours, et avec qui j’ai des échanges réguliers, ceux que je rencontre dans les manifestations également). Je ne vois aucune trace de mépris dans ce texte : merci d’éclairer ma lanterne sur votre étrange perception de ce supposé « mépris ». Enfin, si argumenter de manière contradictoire est perçu comme du mépris, alors, non, nous ne sommes pas des « alliés dans la lutte », mais bel et bien des adversaires : je n’aurai jamais aucune sympathie pour des « alliés » refusant tout dialogue et ne supportant aucune critique : on a déjà l’actuel gouvernement pour ce type d’attitude. Et pour conclure, l’auteur de ce commentaire s’est-il rendu compte qu’il y avait des étudiants dans la lutte n’appréciant pas les conceptions dogmatiques de la « radicalisation » ?

    3. Igor Babou 20 octobre 2010 à 11 h 19 min

      Je profite de l’actuel climat politique, et des blocages en cours, pour faire remonter ce post en y ajoutant une piste de réflexion. Si l’enjeu est de bloquer l’économie, et donc les dispositifs de prise de décision ayant trait aux flux d’argent, alors les blocages d’université sont plus que jamais inefficaces. En revanche, ce qu’on n’a pas souvent pointé, c’est le rôle de ceux qui gèrent matériellement les flux d’information nécessaire aux prises de décisions. De même que les transporteurs routiers sont pratiquement les seuls à pouvoir bloquer l’économie d’un pays, de même les informaticiens des universités sont les seuls à pouvoir agir sur la circulation des informations vitales, au plan économique, pour les universités. Un blocage physique des universités, avec empêchement de l’accès aux bâtiments des enseignants et des étudiants ne changera absolument rien au fait que les décisions stratégiques en matière de financement de la recherche (et donc de l’économie de l’innovation) se poursuivront : nous, enseignants et chercheurs, avons depuis longtemps tous les moyens informatiques de travailler à la maison. Si les activistes utilisent le réseau pour s’organiser, le capitalisme le fait aussi ! Ainsi que la bureaucratie universitaire. Aux informaticiens de méditer sur leur rôle stratégique : il me semble que ce rôle stratégique est constamment oublié dans la plupart des réflexions sur les moyens d’action lors des luttes sociales. Et cette question dépasse, bien évidemment, le seul contexte des luttes universitaires…

      En somme, les informaticiens sont les routiers de la société de l’information.

    Laisser un commentaire