Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Répression des universitaires en Turquie : appel à boycotter le TUBITAK (équivalent turc du CNRS)


Share
Print Friendly, PDF & Email

Bon­jour. Je relaie ici un appel d’un col­lègue uni­ver­si­taire turc, le mathé­ma­ti­cien Tuna Alti­nel. Il y dénonce l’ampleur de l’exclusion des Uni­ver­si­taires pour la paix par l’État et ses orga­nismes de recherches. Mer­ci de faire cir­cu­ler cet appel dans vos réseaux pro­fes­sion­nels. Je le refor­mule légè­re­ment, pour l’adapter à une dif­fu­sion et éli­mi­ner quelques coquilles.

======================================================
Le Conseil de la recherche scien­ti­fique et tech­nique de Tur­quie (TUBITAK) a dif­fu­sé le 24 mars 2017 une cir­cu­laire auprès de toutes les revues à comi­té de lec­ture, y com­pris auprès des pério­diques inter­na­tio­naux lis­tés par le Réseau aca­dé­mique et Centre de d’Information turc (ULAKBİM). Cette cir­cu­laire exige des revues qu’elles “recon­si­dèrent la com­po­si­tion de leur comi­té de rédac­tion, de leur conseil scien­ti­fique et de prendre les mesures adé­quates pour en extraire les uni­ver­si­taires exclus de la fonc­tion publique, licen­ciés ou mis à pied. La res­pon­sa­bi­li­té en incombe à la direc­tion de ces revues et toute modi­fi­ca­tion devra être signa­lée à la direc­tion de ULAKBİM, Centre d’Information M. Cahit Arf.
Meh­met Mirat SATOĞLU, Direc­teur de ULAKBİM”
[voir lien ici : http://www.birgun.net/…/derginizde-ihrac-edilen-akademisyen…]

Sans sur­prise, TÜBİTAK ne s’arrête pas à ce stade. Il n’y a pas que les édi­teur-e-s à sur­veiller, et à exclure ! Il faut bien
pen­ser aux auteur-e-s aus­si. Non seule­ment à ceux et celles qui ont publié, mais aus­si aux auteur-e-s d’articles
en pré­pa­ra­tion. Une col­lègue d’Istanbul, récem­ment exclue de la fonc­tion publique, dont la spé­cia­li­té fait par­tie
des sciences dites “dures” non seule­ment s’est retrou­vée bru­ta­le­ment sépa­rée de ses étu­diants en recherche, mais
a aus­si subi le refus de TÜBİTAK de sa par­ti­ci­pa­tion en tant qu’auteure aux publi­ca­tions basées sur ses tra­vaux
récents, sou­te­nus en tota­li­té ou par­tiel­le­ment par TÜBİTAK. En effet TÜBİTAK, en se basant sur les décrets de l’état
d’urgence, refuse aux exclu-e-s tous les droits aux bourses, aux publi­ca­tions à par­tir des pro­jets qu’il sou­tient par ses fonds.
Bien évi­dem­ment, il ne sera pas ques­tion de la par­ti­ci­pa­tion des exclu-e-s à de nou­veaux pro­jets.

Devant cet assaut, on ne peut pas se conten­ter d’être inquiets ou vigi­lants. Il faut agir contre cet éta­blis­se­ment
de recherche deve­nu outil de répres­sion poli­tique digne des pires dic­ta­tures du 20ème siècle. J’en appelle à vos sen­si­bi­li­tés
démo­cra­tiques et scien­ti­fiques, et je vous demande de révi­ser, éven­tuel­le­ment d’interrompre tout lien, toute
col­la­bo­ra­tion avec TÜBİTAK, et d’inciter vos col­lègues à faire de même. Plus par­ti­cu­liè­re­ment, et très concrè­te­ment,
je veux aver­tir les col­lègues en sciences dures contre une nou­velle ten­ta­tive de TÜBİTAK en France :

http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr…

Les choix de pro­jets dans cet appel exclu­ront non seule­ment les scien­ti­fiques déjà exclu-e-s mais aus­si ceux et celles
jugé-e-s “ter­ro­ristes” ou “sou­te­nant le ter­ro­risme”, des accu­sa­tions aux­quelles on a vite droit dès qu’on s’oppose
ouver­te­ment à des points sen­sibles de la poli­tique offi­cielle en Tur­quie. Dites NON! ( #Hayır dans l’esprit réfé­ren­daire
qui règne en Tur­quie) à de tels appels, dites-le haut et fort. N’y par­ti­ci­pez pas si vous êtes dans les dis­ci­plines concer­nées,
inci­tez vos col­lègues concer­nés à faire pareil !

Soli­dai­re­ment,

Tuna Altı­nel
====================================================

Igor Babou

Igor Babou

Je suis professeur des universités en Sciences de l'information et de la communication.

Je travaille sur les relations entre nature, savoirs et sociétés, sur la patrimonialisation de l'environnement, sur les discours à propos de sciences, ainsi que sur la communication dans les institutions du savoir et de la culture. Au plan théorique, je me situe à l'articulation du champ de l'ethnologie et de la sémiotique des discours.

Sinon, dans la "vraie vie", je fais aussi plein d'autres choses tout à fait contre productives et pas scientifiques du tout... mais ça, c'est pour la vraie vie !
Igor Babou



  • Laisser un commentaire