Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Faktor elektróniko


Share
Print Friendly, PDF & Email

Escribe Joan Gui­ma­ray*

El país está peli­gro. En peli­gro está el país. El retor­no del leviatán ame­na­za de nue­vo al Perú. El regre­so de épo­cas som­brías nos ate­mo­ri­za otra vez a los per­ua­nos decentes. La coyun­tu­ra elec­to­ral nos inquie­ta nue­va­mente. En tres perío­dos de gobier­no no pudi­mos sacu­dir­nos de la infame malatía. En tres lus­tros de admi­nis­tra­ción no supi­mos enter­rar la infec­ción de la últi­ma déca­da del pasa­do mile­nio. La incom­pe­ten­cia de nues­tros gober­nantes ha vuel­to a resu­ci­tar con más fuer­za el car­ci­no­ma de los años noven­ta. La mito­manía con mez­cla de oli­go­fre­nia de uno, la clep­to­manía con rau­dales de dema­go­gia del otro y la trai­ción con alta dosis de pusi­la­ni­mi­dad e inca­pa­ci­dad del ter­ce­ro, nos han vuel­to a colo­car en la cor­ni­sa de estas elec­ciones.

Y, resul­ta que aho­ra, como en los años noven­ta, ha que­da­do demo­stra­da la impar­cia­li­dad del Jura­do Nacio­nal de Elec­ciones, el órga­no elec­to­ral enca­be­za­do por un per­so­naje tor­ci­do que no tiene escrú­pu­los para per­se­guir a sus ene­mi­gos y que es capaz de dis­fru­tar de viajes paga­dos por los jus­ti­ciables, ha confir­ma­do que la ley es para los can­di­da­tos de su anti­patía, y no así para quienes gozan de su sim­patía. Desde lue­go, no ha que­da­do sino evi­dente, que en el desem­bar­co de Acuña, a pesar de su fatal desa­ti­no de entre­ga de dine­ro en Cho­si­ca, lo que se per­ci­bió fue un abyec­to tufillo de dis­cri­mi­na­ción. Y, en el caso de Guzmán, la inter­rup­ción de su can­di­da­tu­ra por asun­tos de trá­mites admi­nis­tra­ti­vos, fue una medi­da evi­den­te­mente incons­ti­tu­cio­nal para favo­re­cer a los can­di­da­tos de su sim­patía, y que aho­ra ha que­da­do cla­ra­mente demo­stra­do con esa ver­gon­zo­sa deci­sión toma­da para no apli­car el rigor de la mis­ma ley a Kei­ko Fuji­mo­ri, pese a que la can­di­da­ta del lado enfer­mo del país, la repre­sen­tante del sec­tor anti­de­mo­crá­ti­co de la nación, la cabe­za de la parte inmo­ral y conve­ni­da del Perú, incur­rió en la mis­ma cau­sal de infrac­ción que el ex can­di­da­to Acuña. De modo que, no tomar en cuen­ta con un poco de lógi­ca, con algo de cri­te­rio y un tan­to de éti­ca, los sobres con dine­ro que entre­ga­ban los sim­pa­ti­zantes de ‘Fuer­za popu­lar’ a los posibles elec­tores y en pre­sen­cia de la pro­pia Kan­di­da­ta, ya reve­la níti­da­mente la cata­du­ra moral de los miem­bros del jura­do elec­to­ral, pues­to que son ellos, los úni­cos que ‘no tie­nen idea ni saben’ a quién le favo­re­cería esa dádi­va.

Aho­ra, que nadie diga que se equi­vo­ca­ron o se confun­die­ron. Pues no. Todos ellos son abo­ga­dos. Dos de los cuales son magis­tra­dos: ver­sa­dos en leyes, nor­mas y regla­men­tos. Hombres menos falibles que los ciu­da­da­nos comunes. Por tan­to, si sus deci­siones son incor­rec­tas, iló­gi­cas y aten­ta­to­rias al esta­do de dere­cho, no existe otra respues­ta que no sea sino, o son irre­me­dia­ble­mente oli­go­fré­ni­cos o impú­di­ca­mente bri­bones. En ambos casos, están des­le­gi­ti­ma­dos para ejer­cer el car­go que osten­tan como miem­bros de una ins­ti­tu­ción que debió rea­li­zar impe­ca­ble­mente estas jus­tas elec­to­rales del domin­go 10 de abril.

Por eso, en estas condi­ciones, el voto elec­tró­ni­co en trein­ta dis­tri­tos de Lima, no sólo resul­ta dema­sia­do mali­cio­so y exce­si­va­mente sos­pe­cho­so, sino además, obli­ga a dudar anti­ci­pa­da­mente de la pul­cri­tud de los resul­ta­dos y exige des­con­fiar de la impar­cia­li­dad de los órga­nos eje­cu­tores. Cla­ro está que el fun­cio­na­rio de la Ofi­ci­na Nacio­nal de Pro­ce­sos Elec­to­rales, dice que ‘todo está bien’, que el sis­te­ma elec­tró­ni­co está ‘per­fec­to’, y que los ciu­da­da­nos no deben de preo­cu­parse, pues­to que el Jura­do Nacio­nal de Elec­ciones ha super­vi­sa­do todo el diseño del soft­ware. Eso quiere decir, que el ente elec­to­ral que a todas luces ha demo­stra­do su más hor­ro­ro­sa par­cia­li­dad, favo­re­cien­do a unos can­di­da­tos y des­ca­li­fi­can­do a otros, ha super­vi­sa­do con ‘impar­cia­li­dad’ la ela­bo­ra­ción del soft­ware que ha de usarse en los trein­ta dis­tri­tos de Lima. Entonces, es impo­sible creer que no exis­tan fun­da­das razones para que los demó­cra­tas duden, inclu­so, has­ta para pien­sen que uno o dos de los hombres del JNE estén desem­peñán­dose como espe­cia­lis­tas en el diseño de ese pro­gra­ma diri­gi­do a favo­re­cer a algu­no de los com­pe­ti­dores. Y si fue­ra así, tam­po­co es difí­cil dedu­cir que el volu­men de los votantes de trein­ta dis­tri­tos de Lima, pue­da incli­nar la balan­za elec­to­ral a favor del can­di­da­to pre­fe­ri­do por el JNE, que desde lue­go, no será el más decente ni el menos des­ver­gon­za­do.

Aunque la des­con­fian­za de que sean legí­ti­mas estas elec­ciones pre­si­den­ciales y congre­sales, no sólo ha sido ori­gi­na­da por las mons­truo­si­dades jurí­di­cas y las deci­siones anto­ja­di­zas de los miem­bros del jura­do elec­to­ral nacio­nal, sino tam­bién, la sus­pi­ca­cia ha sido gene­ra­da por la pro­pia ONPE que a pesar de varios pedi­dos de los ciu­da­da­nos, ha sido escru­pu­lo­sa­mente renuente a reve­lar el nombre de la empre­sa auto­ra de la ela­bo­ra­ción del soft­ware, cuyo diseño tam­po­co ha sido audi­ta­do por nin­gu­na ins­ti­tu­ción de garantía y pres­ti­gio. De modo que, el otro ele­men­to que defi­ni­ti­va­mente ha ter­mi­na­do por refor­zar la des­con­fian­za en la pobla­ción elec­to­ral ilus­tra­da que está vigi­lante de que no tuer­zan la volun­tad ciu­da­da­na, es el anti­ci­pa­do pro­nun­cia­mien­to de los enten­di­dos en esta mate­ria, quienes como cono­ce­dores del sis­te­ma, ase­gu­ran que el voto elec­tró­ni­co no garan­ti­za la iden­ti­dad secre­ta del ciu­da­da­no votante, por tan­to, vio­la la pri­va­ci­dad del voto.

Los demó­cra­tas esta­mos noti­fi­ca­dos. Los ciu­da­da­nos hones­tos esta­mos adver­ti­dos. El voto elec­tró­ni­co es sos­pe­cho­so. Los ope­ra­dores no garan­ti­zan impar­cia­li­dad. La demo­cra­cia está en peli­gro. Este­mos aten­tos. El ‘fak­tor elek­tró­ni­ko’ está en mar­cha. El domin­go 10 de abril, puede ser tarde.

*Escri­tor y per­io­dis­ta per­ua­no.

Les derniers articles par Joan Guimaray (tout voir)




  • Mots clés : , , , , ,

    3 réponses “Faktor elektróniko”

    1. 19 avril 2016 à 10 h 07 min

      Bra­vo, Joan, de nous aler­ter ici contre la “tech­no­phi­lie”… qui fait accep­ter des “votes” via la “démo­cra­tie digi­tale” alors que la tech­no­lo­gie digi­tale est maî­tri­sée par le pou­voir… et que donc des “votes élec­tro­niques” sont loin d’être des votes citoyens libres.

      L’amérique latine voit aujourd’hui la réac­tion faire flèche de tout bois pour dégui­ser par des pro­cé­dures démo­cra­tiques détour­née la reprise du pou­voir là où elle l’a per­due.

      C’est d’autre part très sym­pa de publie en Espa­gnol sur Indis­ci­pline…

      Mais peut-être quelqu’un pour­rait-il four­nir un petit résu­mé en Fran­çais … Pour faci­li­ter l’accès de la plu­part de nos lec­teurs, qui sont en majo­ri­té fran­co­phones…

      • Igor Babou 19 avril 2016 à 17 h 17 min

        Oui, tu as rai­son. J’y avais pen­sé, mais pas facile de prendre du temps pour ce genre d’activités tout en tra­vaillant. Avant de don­ner quelques élé­ments de tra­duc­tion de son texte, quelques points d’info :

        Pre­mier point, Joan est un écri­vain et jour­na­liste que Joëlle et moi avons ren­con­tré au cours d’un voyage au Pérou, il y a quelques années. Il est très inves­ti dans les pro­blé­ma­tiques d’éducation popu­laire, ain­si que dans la cri­tique des dérives non démo­cra­tiques du pou­voir péru­vien.

        Deuxième point, le Pérou a été diri­gé par Alber­to Fuji­mo­ri (un japo­nais émi­gré au Pérou) durant les années 90, dans le cadre d’une ges­tion aus­si ultra-libé­rale que mafieuse et auto­ri­taire. Le pays ne s’en remet pas : dès qu’on quitte le regard enchan­té du tou­riste pour les sites incas, et qu’on s’intéresse à la popu­la­tion, on voit bien que les liens sociaux ont été détruits, que le pays est à la dérive, et que les choses vont mal. Même si, comme tou­jours, il y a de vraies éner­gies et des résis­tances. Nous étions au Pérou lors d’un hor­rible trem­ble­ment de terre, qui a fait des mil­liers de vic­times, et nous avons pu consta­ter l’inaction du gou­ver­ne­ment à l’égard des zones rurales, mais aus­si la soli­da­ri­té spon­ta­née de la popu­la­tion en direc­tion des zones tou­chées. Aujourd’hui, en 2016, la fille de Fuji­mo­ri, Kei­ko Fujio­mo­ri (d’où les nom­breux “K” iro­niques dans l’article) dont le père purge une peine de 25 ans de pri­son pour cor­rup­tion, vio­la­tion des droits de l’homme, détour­ne­ment de fonds, écoutes illé­gales de jour­na­listes, meurtre, etc. (il n’a pas fait dans la demi-mesure, et est bien évi­dem­ment inéli­gible), revient dans la course élec­to­rale avec un dis­cours popu­liste, et on sait bien qui tire les ficelles en arrière plan.

        Troi­sième point : Joan, par l’intermédiaire de sa secré­taire, m’a deman­dé de publier ses deux textes sur Indis­ci­pline en rai­son de la cen­sure qui le touche au Pérou.

        Main­te­nant, un résu­mé tra­duit de son texte, sachant que je ne sai­sis pas tout dans la mesure où il est fait réfé­rence à des acteurs et à des affaires poli­tiques récentes qui m’échappent. Le sens de ma tra­duc­tion est donc très impar­fait, d’autant que le lexique et les tour­nures de phrase de Joan sont sou­vent assez “fleu­ries”, et dif­fi­ciles à tra­duire dans un fran­çais basique ou jour­na­lis­tique :

        Le pays est en dan­ger. Le retour du Lévia­than menace de nou­veau le Pérou. Le retour des années sombres se pro­file car l’incompétence de nos gou­ver­nants a réus­si à res­sus­ci­ter avec encore plus de force qu’avant le can­cer des années 90. La mytho­ma­nie des uns, la déma­go­gie et la clep­to­ma­nie des autres nous ont fait reve­nir au bord du pré­ci­pice.

        Il résulte de cela que, comme dans les années 90, l’impartialité du Conseil Natio­nal des Élec­tions est remise en cause. Cette ins­ti­tu­tion est diri­gée par un per­son­nage qui n’hésite pas à pour­suivre ses enne­mis et qui pro­fite de voyages payés par les jus­ti­ciables : il applique la loi à l’égard de ses enne­mis, et non pour ceux qui béné­fi­cient de sa sym­pa­thie. L’abandon de la can­di­da­ture de Guz­man, acca­blé de démarches admi­nis­tra­tives, a été un moyen anti­cons­ti­tu­tion­nel évident de favo­ri­ser les can­di­dats qui ont sa pré­fé­rence. Il est clai­re­ment démon­tré que cette déci­sion hon­teuse de ne pas appli­quer la loi avec la même rigueur à l’égard de Kei­ko Fuj­mo­ri se fait en dépit du fait que cette can­di­date appar­tient au côté malade, anti­dé­mo­cra­tique et immo­ral de notre pays.

        Dans ces condi­tions, le vote élec­tro­nique dans trente dis­tricts de Lima n’est pas seule­ment tota­le­ment per­vers et tout à fait sus­pect, mais de plus, il oblige à dou­ter, par anti­ci­pa­tion, de la pro­pre­té des résul­tats et nous impose de nous méfier de l’impartialité des ins­ti­tu­tions orga­ni­sa­trices. Bien sur, le fonc­tion­naire de l’Office Natio­nal du Pro­ces­sus Elec­to­ral dit que “tout va bien”, que le sys­tème de vote élec­tro­nique est “par­fait”, et que les citoyens ne doivent pas s’inquiéter, dans la mesure où le Conseil Natio­nal des Elec­tions a super­vi­sé tout le déve­lop­pe­ment du logi­ciel. Cela veut dire que l’organe élec­to­ral, qui a clai­re­ment démon­tré sa par­tia­li­té, en favo­ri­sant l’un des can­di­dats et en dis­qua­li­fiant un autre, a super­vi­sé avec “impar­tia­li­té” l’élaboration du logi­ciel uti­li­sé dans les 30 dis­tricts de Lima. Dès lors, on peut sup­po­ser qu’une ou deux per­sonnes du CNE se sont auto­ri­sées, en tant que spé­cia­listes du déve­lop­pe­ment logi­ciel, à favo­ri­ser cer­tains des can­di­dats. Et s’il en était ain­si, il n’est pas dif­fi­cile de déduire que le nombre des votants des 30 dis­tricts de Lima peu faire pen­cher la balance élec­to­rale en faveur du can­di­dat pré­fé­ré du CNE qui, dès lors, ne sera pas le plus hon­nête ni le moins inso­lent.

        Bien qu’on puisse se méfier du carac­tère illé­gi­time de ces élec­tions pré­si­den­tielles et de celles du Congrès, non seule­ment elles ont été impul­sées par le Conseil Elec­to­ral Natio­nal, mais en plus la sus­pi­cion a été géné­rée par l’ONPE (?) lui-même qui, en dépit de plu­sieurs demandes de citoyens, a été tout à fait réti­cent à révé­ler le nom des entre­prises auteurs du logi­ciel, dont l’élaboration n’a fait l’objet d’aucune exper­tise de la part d’aucune ins­ti­tu­tion offrant des garan­ties ou recon­nues. De ce fait, l’autre élé­ment qui incite défi­ni­ti­ve­ment à ren­for­cer la défiance du corps élec­to­ral ins­truit qui est atten­tif à ce qu’on ne détourne pas la volon­té citoyenne, c’est le putch anti­ci­pé par les experts en la matière, qui, connais­sant le sys­tème, nous assurent que le vote élec­tro­nique ne garan­tit pas le secret de l’identité des élec­teurs et qui viole le carac­tère pri­vé du vote.

        Nous, démo­crates, sommes aver­tis. En tant que citoyens hon­nêtes, nous sommes aver­tis. Le vote élec­tro­nique est sus­pect. Les orga­ni­sa­teurs ne garan­tissent pas l’impartialité. La démo­cra­tie est en dan­ger. Soyons atten­tifs. Le “Fak­teur élek­tro­nike” est en marche. Dimanche 10 avril, il sera peut-être trop tard.

        • 19 avril 2016 à 20 h 58 min

          Mer­ci. Avec ces élé­ments de cadrage, de situa­tion et de conte­nu, plus le texte de Joan Guma­ray, (qui est plus facile à lire qu’à tra­duire), nous avons beau­coup d’éléments pour entre­voir les enjeux.

    Laisser un commentaire