Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Indiscipline ! sur LinkedInFlux RSS

Est-ce quand il y a beaucoup d’Auvergnats qu’il y a des problèmes ? (Brice Hortefeux à Seignosse)


Share
Print Friendly, PDF & Email

A la lec­ture de la presse quo­ti­dienne, et au vu de la vidéo dif­fu­sée, je me suis inter­ro­gé sur les pro­pos d’Hortefeux que l’intéressé, ministre de l’Intérieur, les membres du gou­ver­ne­ment, dont Fade­la Ama­ra, l’UMP, et fina­le­ment la Licra, ne trouvent pas racistes.

Il en faut tou­jours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beau­coup qu’il y a des pro­blèmes…”
(Brice Hor­te­feux, 5 sep­tembre, sur le cam­pus d’été des Jeunes UMP à Sei­gnosse, dans les Landes)

Brice Hor­te­feux par­lait-il des Auver­gnats ?

Ce qui pré­cède, nous semble-t-il, sert de cadre réfé­ren­tiel, et montre l’objet de la phrase sans ambi­guï­té.

Pour­quoi les jour­na­listes du Monde ou de Libé, du Pari­sien, ne le relèvent-ils pas ?

Voi­ci en effet une trans­crip­tion per­son­nelle à par­tir de la ver­sion Public Sénat (http://www.youtube.com/watch?v=B4XPV5J_bRI).

1  — Amine, un jeune mili­tant UMP d’origine magh­ré­bine : Mon­sieur le ministre, c’est pos­sible de faire une pho­to s’il vous plaît ?
2  — BH : Ah non parce que moi, moi pas­sé les 20 heures, je ne suis plus payé. (rires)
3  — J.-F. Copé : Nou­bliez jamais un truc, il est Auver­gnat !
4  _ BH : Je suis Auver­gnat.
5  _ J.-F. Copé : Il est Auver­gnat !
6  — J.-F. Copé : C’est un drame ! C’est un drame !
7  — BH : Bon, enfin, je vais faire une excep­tion pour, euh…
8  _ Amine : Bon, bah alors, je me mets entre les deux, alors.. Ouaih, entre les deux…
9  — J.-F. Copé : Oui parce que moi il y a aucun pro­blème, moi je suis très facile,
10 — Les mili­tants alen­tour : Oh, Amine, Amine, Amine Bra­vo !
11 — Les mili­tants alen­tour : Amine !Amine !
12 — J.-F. Copé (?) : Ah ça, Amine, ça c’est l’intégration, ça ! ça c’est de l’intégration !
13 — Une femme : Amine, fran-che-ment…
14 — J.-F. Copé  : Il est bcp plus grand que nous, en plus, ça ne va pas du tout..
15 — X (Copé ?) : Lui, il parle arabe ! (rires)
16 — J.-F. Copé à Amine : Ne vous lais­sez pas impres­sion­ner… C’est des socia­listes infil­trés !
17 — X (?), du public : On l’aime bien…
18 — X (?), du public : Il est catho­lique !
19 — X, femme : Il mange du cochon et il boit de la bière…
20 — Amine : Bah oui (regar­dant BH)
21 — BH : Ah mais ça ne cor­res­pond pas du tout au pro­to­type, alors. C’est pas du tout ça ! (rires)
22 — X (?), du public : C’est notre petit arabe !
23 — BH : Il en faut tou­jours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beau­coup qu’il y a des pro­blèmes…
(qq rires, mais moins)
24 — Allez, bon cou­rage !

Mes conclu­sions :

- le contexte (entou­rage) se prête à la plai­san­te­rie autour des “arabes” (magh­ré­bins), avant même BH (ce qui l’incite peut-être),
— les élé­ments qui pré­cèdent la décla­ra­tion incri­mi­née de BH évoquent presque tous (sept) les “arabes” (magh­ré­bins) (de 12 à 22),
— la ques­tion des Auver­gnats, ou autre, a été aban­don­née depuis un moment (2–5) au moment de la phrase incri­mi­née (23).

Donc le ministre de l’Intérieur, s’il ‘était besoin de le pré­ci­ser, parle bien des “arabes” (magh­ré­bins).

S’il est juste comme il le dit (inter­view Libé same­di) que rien dans ses pro­pos ne contient d’élément raciste (puisque la phrase ne com­porte pas de mot dési­gnant les “arabes”), le contexte (12, 15, (17), 18, 19, 20, 21, 22),
en ver­tu notam­ment du concept d’indexicalité posé par Ben­vé­niste et repris par les socio­lin­guistes (Gros­jean & Bor­zeix), montre bien le réfé­rent de la phrase, “indexée” sur ce contexte
(rela­tif à lui et se com­pre­nant à tra­vers lui).

Il en faut tou­jours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beau­coup qu’il y a des pro­blèmes…”

Mani­fes­te­ment, il ne parle pas des Auver­gnats.
Tout le monde autour de lui parle des “Arabes”, en tout cas.

David Douyère




  • Mots clés :

    Laisser un commentaire