Aller à…

Indiscipline !

Savoirs, nature, cultures et alternatives sociales

Flux RSS

Ce soir, je suis Egyptien (par Akram Belkaïd)


Share
Print Friendly, PDF & Email

Voi­ci un texte tiré du blog d’A­kram Bel­kaïd, qui nous donne envie de le publier ici, car il résonne avec ce qu’In­dis­ci­pline défend. Ce soir, nous sommes tous Égyp­tiens et nous disons à tous nos tyrans : “déga­gez !”

Ce soir, je suis Egyp­tien

Je dois écrire un article mais je n’y arrive pas car, ce soir, je suis Égyp­tien.

J’ai envie de scru­ter la Tuni­sie mais mon cœur va désor­mais plus à l’est car, ce soir, je suis Égyp­tien.

Mes oreilles se tendent vers Alger mais ne captent que silence et indif­fé­rence. Alors, ce soir, pour moi et pour les autres, je décide d’être Égyp­tien.

Je pour­rais mar­cher poing levé dans les rues froides et désertes de Paris mais, ce soir, je vole de la place al-Tah­rir à la place Saad Zagh­loul et, du Caire à Alexan­drie, je crie « Tyran dégage ! »

Et quand, au Caire, le mur de la peur sera défi­ni­ti­ve­ment tom­bé, alors, peut-être, que la colère de la Place du 1er mai me fera vite rede­ve­nir Algé­rien.

Et ce sera le tour des Tuni­siens et des Égyp­tiens de dire, ce soir, nous sommes Algé­riens.

Administrateur
Share



2 réponses “Ce soir, je suis Egyptien (par Akram Belkaïd)”

  1. Afifa Zenati
    1 février 2011 à 12 h 58 min

    Oui, tous les tyrans actuels et ceux en for­ma­tion dans nos grandes démo­cra­ties don­neuses de leçons… Vigi­lance amies et amis, vigi­lance : nous consta­tons toutes et tous que cela se res­serre, dans tous les sec­teurs, dans tous les domaines, sur tous les plans et sur tous les fronts.

  2. Igor Babou 2 février 2011 à 11 h 04 min

    Sans oublier la dic­ta­ture des mar­chés, et la tyran­nie des agences de nota­tion dont tout prouve qu’elles pré­fèrent les dic­ta­tures poli­tiques aux régimes démo­cra­tiques : la Sainte inqui­si­tion du Mar­ché (l’a­gence Stan­dard & Poor’s) vient de bais­ser la note de l’É­gypte, consi­dé­rant que l’ac­tuelle révo­lu­tion nuit aux affaires (http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/02/01/les-menaces-qui-pesent-sur-l-economie-egyptienne_1473439_3212.html#ens_id=1470465). Oui, il y a des têtes qui devraient tom­ber, mais pas seule­ment celles des dic­ta­teurs poli­tiques. Il est temps que l’on se débar­rasse, le plus rapi­de­ment pos­sible, de la Saint Inqui­si­tion du Mar­ché…

Laisser un commentaire