Menu
Catégorie
Répression des universitaires en Turquie : appel à boycotter le TUBITAK (équivalent turc du CNRS)
9 avril 2017 Appels
Share
Print Friendly, PDF & Email

Bon­jour. Je relaie ici un appel d’un col­lègue uni­ver­si­taire turc, le mathé­ma­ti­cien Tuna Alti­nel. Il y dénonce l’ampleur de l’exclusion des Uni­ver­si­taires pour la paix par l’État et ses orga­nismes de recherches. Mer­ci de faire cir­cu­ler cet appel dans vos réseaux pro­fes­sion­nels. Je le refor­mule légè­re­ment, pour l’a­dap­ter à une dif­fu­sion et éli­mi­ner quelques coquilles.

======================================================
Le Conseil de la recherche scien­ti­fique et tech­nique de Tur­quie (TUBITAK) a dif­fu­sé le 24 mars 2017 une cir­cu­laire auprès de toutes les revues à comi­té de lec­ture, y com­pris auprès des pério­diques inter­na­tio­naux lis­tés par le Réseau aca­dé­mique et Centre de d’In­for­ma­tion turc (ULAKBİM). Cette cir­cu­laire exige des revues qu’elles “recon­si­dèrent la com­po­si­tion de leur comi­té de rédac­tion, de leur conseil scien­ti­fique et de prendre les mesures adé­quates pour en extraire les uni­ver­si­taires exclus de la fonc­tion publique, licen­ciés ou mis à pied. La res­pon­sa­bi­li­té en incombe à la direc­tion de ces revues et toute modi­fi­ca­tion devra être signa­lée à la direc­tion de ULAKBİM, Centre d’In­for­ma­tion M. Cahit Arf.
Meh­met Mirat SATOĞLU, Direc­teur de ULAKBİM”
[voir lien ici : http://www.birgun.net/…/derginizde-ihrac-edilen-akademisyen…]

Sans sur­prise, TÜBİTAK ne s’ar­rête pas à ce stade. Il n’y a pas que les édi­teur-e‑s à sur­veiller, et à exclure ! Il faut bien
pen­ser aux auteur-e‑s aus­si. Non seule­ment à ceux et celles qui ont publié, mais aus­si aux auteur-e‑s d’ar­ticles
en pré­pa­ra­tion. Une col­lègue d’Istanbul, récem­ment exclue de la fonc­tion publique, dont la spé­cia­li­té fait par­tie
des sciences dites “dures” non seule­ment s’est retrou­vée bru­ta­le­ment sépa­rée de ses étu­diants en recherche, mais
a aus­si subi le refus de TÜBİTAK de sa par­ti­ci­pa­tion en tant qu’au­teure aux publi­ca­tions basées sur ses tra­vaux
récents, sou­te­nus en tota­li­té ou par­tiel­le­ment par TÜBİTAK. En effet TÜBİTAK, en se basant sur les décrets de l’é­tat
d’ur­gence, refuse aux exclu-e‑s tous les droits aux bourses, aux publi­ca­tions à par­tir des pro­jets qu’il sou­tient par ses fonds.
Bien évi­dem­ment, il ne sera pas ques­tion de la par­ti­ci­pa­tion des exclu-e‑s à de nou­veaux pro­jets.

Devant cet assaut, on ne peut pas se conten­ter d’être inquiets ou vigi­lants. Il faut agir contre cet éta­blis­se­ment
de recherche deve­nu outil de répres­sion poli­tique digne des pires dic­ta­tures du 20ème siècle. J’en appelle à vos sen­si­bi­li­tés
démo­cra­tiques et scien­ti­fiques, et je vous demande de révi­ser, éven­tuel­le­ment d’in­ter­rompre tout lien, toute
col­la­bo­ra­tion avec TÜBİTAK, et d’in­ci­ter vos col­lègues à faire de même. Plus par­ti­cu­liè­re­ment, et très concrè­te­ment,
je veux aver­tir les col­lègues en sciences dures contre une nou­velle ten­ta­tive de TÜBİTAK en France :

http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr…

Les choix de pro­jets dans cet appel exclu­ront non seule­ment les scien­ti­fiques déjà exclu-e‑s mais aus­si ceux et celles
jugé-e‑s “ter­ro­ristes” ou “sou­te­nant le ter­ro­risme”, des accu­sa­tions aux­quelles on a vite droit dès qu’on s’op­pose
ouver­te­ment à des points sen­sibles de la poli­tique offi­cielle en Tur­quie. Dites NON! ( #Hayır dans l’es­prit réfé­ren­daire
qui règne en Tur­quie) à de tels appels, dites-le haut et fort. N’y par­ti­ci­pez pas si vous êtes dans les dis­ci­plines concer­nées,
inci­tez vos col­lègues concer­nés à faire pareil !

Soli­dai­re­ment,

Tuna Altı­nel
====================================================

Share



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté poster un commentaire.

*